CRCO
Le CRCO, pour accompagner nos artistes vers les plus hauts sommets
AccueilRegard sur...
Regard sur...
Archives

Denis Larouche

 "… comme pour lui confirmer que la création n’est
que le produit de cette danse d’atomes…"
Umberto Eco, L’Île du jour d’avant.

" Le Ciel et la Terre sont aussi vieux que moi,
et les milliers de choses ne font qu'un "
Zhuang Zi, 300 avant J.-C.

 

 

       

 

 

 
" J’ai toujours bricolé, dessiné, fait toutes sortes de choses avec tout ce qui me tombait sous la main. Enfant, j’avais un petit coin où je gardais papiers, crayons, plasticine, carton, bouts de bois, etc… et où je disparaissais pendant des heures."

Plus tard, l'artiste a choisi de développer sa carrière sur deux volets. " Les beaux-arts parce que j’adore la peinture, et le travail de maquettiste en muséologie qui me permet de gagner ma vie tout en restant dans un domaine de créativité artistique extrêmement varié." Denis Larouche confectionne des moulages, des mannequins, des modèles réduits, des supports d’artefacts et une foule d’autres choses. En fait, toute sa vie professionnelle tourne autour des arts et de la culture. D’une part, par son travail de peintre, Denis Larouche contribue à l’enrichissement du patrimoine culturel de la région. D’autre part, par son travail en muséologie, il apporte une aide à la préservation et à la mise en valeur de ce patrimoine.

En demeurant travailleur autonome, Denis Larouche dit conserver la possibilité de retourner à l’atelier entre deux contrats, afin de peindre à temps complet. "Financièrement peut-être moins sûr qu’un emploi à plein temps, mais c’est un choix que j’ai fait en devenant artiste..."

 

Démarche artistique

Décomposer, recomposer la matière, l’espace. De combien de façon peut-on suggérer un ciel, l’eau, la terre ? De par sa nature changeante, nous acceptons les multiples identités de notre environnement et c’est par notre tendance à l’organisation spatiale que nous y cherchons, que nous y trouvons des structures. Notre esprit regroupe et organise ces éléments épars. Dans cet espace décomposé un élément symbolique suffit à définir cet espace et à lui conférer une signification. Cette forme familière suffit à reconstruire un environnement. Tout réside dans notre acceptation des formes peintes
 

La physique nous dit que lumière, matière et énergie sont des formes différentes d’une même chose, qu’elles procèdent d’une même source. Cette idée me fascine et influence ma façon de voir le monde et de peindre.

 

La pensée depuis 2008

Parce qu’à l’échelle des particules il n’y a pas de différence entre le solide, le liquide et le gazeux, la notion d’entité distincte perd sa signification. Entre l’objet et son environnement, il n’y a plus de démarcation nette. Rien qu’une "danse d’atomes". Dans cette optique, l’objet-sujet constitue un point de repère. Mais il ne fait que définir l'espace qui l’entoure et lui donne sa signification. Le traitement de cet espace devient une recherche en soi, obéissant à des lois et à une logique qui n'existent qu'à l'intérieur du tableau. Une interrogation sur la nature de la Matière, et la structure de ce que nous appelons Paysage.
 
Alors que l’artiste poursuit son travail de décomposition de l’espace, le spectateur est invité à prendre conscience de son propre travail de reconstruction mentale, de cette Gestalt qui crée un pont entre le créateur et le récepteur de l’œuvre peinte.
  

 

Démarche artistique en muséologie

Le monde muséal peut sembler bien loin et différent de la réalité du peintre. Mais ces deux volets du travail artistique sont réellement complémentaires l’un de l’autre.
 
Si la peinture est pour Denis Larouche une exploration et une interprétation de la réalité quantique de la matière, le travail muséal lui apporte, quant à lui, une exploration de la nature physique et une familiarisation avec les formes de ces objets qui nous entourent.
 
Familiarisation avec la forme humaine à travers le travail de mannequinage, familiarisation avec la structure des plantes, des pierres, etc… et des relations qui les lient, par la fabrication de dioramas (environnements 3-D – Musée de la nature). Tous ces travaux contribuent à une prise de conscience toujours plus poussée des éléments qui constituent notre environnement.
 

Ces deux pôles de l’expression artistique : l’exactitude muséale et le libre jeu des formes picturales, sont ainsi complémentaires. Par son travail de peintre, Denis Larouche espère contribuer à l’enrichissement du patrimoine culturel de la région. Et par ses activités d’artiste en muséologie, il participe activement à la préservation et à la mise en valeur de ce patrimoine.

 

  
Le relief est sculpté sur styromousse pour se fondre avec l'arrière-plan,  Certaines plantes sont refaites, en tout, ou en parties.
tout en tenant compte de la perspective. Les premiers éléments sont    Toutes doivent être peinte. Les branches de buisson ou
ajoutés. Plus tard, d'autres pierres seront ajoutées, ainsi que du sable.  d'arbres peuvent être utilisées, après avoir été stabilisées.
                                                                                                               Les feuilles, bien sûr, doivent être refaites.

 

  
   Une fois les plantes préparées, elles sont placées de façon        Le diorama des antilopes de prairies, terminé, tel qu'on peut
   à s'agencer à l'arrière-plan, pour donner une impression            le voir au Musée canadien de la nature.
   d'espace et de profondeur et réfléter l'environnement 
   d'origine.

 

 

Le mot de la fin...

En 1903, le poète Rainer Maria Rilke répondit par lettre à un jeune homme (Franz Kappus) qui lui demandait conseil. Rilke éventuellement écrit dix lettres, maintenant connues et publiées sous le titre "Lettres à un jeune poète". Denis Larouche est d'avis que leur contenu contient beaucoup de vrai pour tous les artistes. 

 

"...Votre travail doit être indépendant du travail des autres.
Évitez de vous comparez aux autres.
Nul ne peut vous aider. Vous devez le faire vous-même.
La critique mène à l'incompréhension et au défaitisme.
Travaillez par besoin, par compulsion.
Bâtissez sur ce que vous connaissez et sur ce que vous aimez.
Ne vous observez pas de trop près, laissez les choses se développer.
Ne vous laissez pas contrôler par l'ironie.
Vivez et aimez l'activité de votre travail.
Soyez libre de toute culpabilité ou appréhension.
Soyez touché par la merveilleuse anxiété de la vie.
Soyez patient avec les questions non résolues de votre âme.
Essayez d'aimer les questions elles-mêmes.
Aimez votre solitude et essayez de chanter sa douleur.
Soyez compréhensif envers ceux qui restent derrière
Votre for intérieur mérite votre entière concentration
Permettez à votre art d'exiger beaucoup de vous
Faite plus confiance à votre tristesse qu'à votre joie
Ne vous persécutez pas avec la façon dont vont les choses
Il est bon d'être seul, parce que la solitude est difficile
Il est bon d'aimer, parce que l'amour est difficile
Vous n'êtes plus prisonnier de quoi que ce soit..."
 

Rainer Maria Rilke (1875-1926)

 

 


 

 

 
(Diplômé du Ontario College of Art & Design)
 Studio à La Filature, 82, rue Hanson, Gatineau (secteur Hull), Qc
(819) 770-5445, poste 504

 

 
Archives
Intranet
S'abonner au bulletin
Démystifier les contrats de spectacle, de gérance et d'édition
Durée : 3 heures
Début : 7 novembre 2018, de 13h à 16h

Le CRCO sur Twitter Le CRCO sur Facebook
Dernière mise à jour : 22 juin 2018
©  Culture Outaouais
Site réalisé par Distantia