CRCO
Le CRCO, pour accompagner nos artistes vers les plus hauts sommets
AccueilRegard sur...
Regard sur...
Archives

Isabelle Regout

 

Isabelle Regout. Femme de cœur, artiste chevronnée, « justicière masquée ». Une rencontre inspirante avec une éternelle optimiste, une amoureuse de la culture et une passionnée de la vie. Cette rencontre m’a permis d’en apprendre davantage sur la femme et l’artiste, liées indissociablement par une quête d’amour, d’équité et de justice.
 

Née en Belgique, Isabelle Regout arriva au Québec à l’âge de 3 ans. Ce choc culturel en bas âge fut une occasion unique pour elle ; elle allait alors puiser dans les merveilles de la culture européenne et de la culture québécoise, recueillant ainsi les richesses des deux cultures. Elle rêvait d’embellir le monde. Elle rêvait d’atteindre la liberté et de réaliser ses rêves les plus fous. On ne sait pas si Isabelle Regout a réalisé ses rêves les plus fous, mais nous pouvons affirmer une chose avec certitude : par son art, elle réussit à nous faire rêver.
 

Avocate de métier, elle a toujours su défendre les causes qui lui tenaient à cœur. Se caractérisant comme une boulimique de création, Isabelle Regout vit aujourd’hui de son art.
 


 

« L’art est une richesse, un langage universel qui unit. L’art m’a permis de rencontrer d’innombrables artistes avec qui je partage une passion, une fascination pour l’être humain et une volonté de contribuer à la société. Le milieu artistique est un véritable lieu de rassemblement et d’échanges», évoque-t-elle.

 

« Globetrotter invétérée, c'est au cours d'un voyage en Slovaquie que l’artiste découvre la peinture inversée sur verre […][1]. » Sa curiosité spontanée l’amena à la rencontre de cet art millénaire mais qui s’avère tout aussi d’avant-garde :

Au début du 20e siècle, la peinture sous verre sortait de son environnement rural pour
attirer l'attention de grands artistes tels que Wassily Kandinsky et Gabriele Münter
(peintre et compagne de Kandinsky entre 1902 et 1906) et d'autres membres de
Der Blaue Reiter dont Campendonk, Marc, Jawlensku, Werefkin, Klee. Kandinsky et
Münter auraient essayé ensemble la technique de la peinture sous verre; ils ont commencé par copier la peinture paysanne bavaroise (Murnaü) et, après avoir maîtrisé la technique, ils sont passés à leurs propres créations. On connaît l'existence de 59 peintures sous verre créées par le père de l'art abstrait, Kandinsky[2].
 

Le coup de foudre est donc instantané. À la suite de ce voyage inspirant de 2004, Regout se mit au travail de sorte qu’aujourd’hui plus de 750 peintures sous verre sont nées dans son atelier : « la touche distinctive, la finesse de son travail et l’harmonie de ses compositions valent à l’artiste une large reconnaissance par ses pairs en plus de décrocher divers prix d’excellence ainsi qu’un intérêt hors frontière significatif.[3] »
 

Troquant parfois le pinceau contre le burin, Regout a dévoilé en 2011 ses premières sculptures sur pierre (tobermorite). Cette forme de création complète harmonieusement son travail délicat en peinture sous verre. Il y a un élément de plaisir visuel et tactile que les jeux changeants de lumière font ressortir. Pour l'artiste Regout, le rapport corps-matière a beaucoup d'importance. La sculpture lui permet de s’exprimer d’une toute autre façon, mettant ainsi en avant plan son instinct, sa spontanéité et une certaine forme physique. L’imagination débordante de cette artiste ne cesse de nous surprendre. Sa passion et son talent lui vaudront notamment un Gold Award 2011 – Arts exhibition for 100 anniversary of China’s Xinhai Revolution pour son œuvre originale «L’Escaut de Till», une gravure sous verre en camaïeu à l’huile.
 

Cet été, elle réussit également à se tailler une place de choix lors des 30e Jeux Olympiques :


Sous le patronage du Comité International Olympique (CIO), l’appui du Ministère de la Culture de la République populaire de Chine, la collaboration de la CSPCAD et de l’APOC, le Comité organisateur du Olympic Fine Arts 2012 (OFA 2012) vient d’annoncer officiellement que l’artiste Regout figure parmi les 6 artistes canadiens sélectionnés qui exposeront leur travail artistique au prestigieux Museum of London et ce, pour la durée des 30e Jeux Olympiques qui se [sont déroulés] en Angleterre au mois d’août [dernier][4].  
 

Se décrivant comme une féministe ancrée dans la modernité, Isabelle Regout est consciente que l’équilibre est encore, à ce jour, très fragile : « Les femmes en art n’ont pas la visibilité qu’elles devraient avoir, et je poursuis la lutte pour qu’un jour, elles soient reconnues à leur juste valeur », souligne-t-elle.

 

Lorsque j’ai demandé à Isabelle Regout quelle était sa plus grande fierté, c’est avec un regard pétillant et un sourire amusé qu’elle m’avoua : « C’est de réussir à faire ce qui me plaît, malgré les orages et les aléas de la vie ».
 

Par ses œuvres, nous pouvons découvrir l’artiste et la femme, les voyages et les personnes qui l’ont inspirée au cours de sa vie. C’est un peu comme son carnet de bord, où chaque œuvre est un récit où se conjuguent le poétique et l’intellectuel.
 

Parmi ses réalisations, Isabelle Regout a notamment mis sur pieds, avec l’aide de Me Karine Dutilly, le «Regroupement des artistes-peintres sur verre inversé (RAVI), « un organisme à but non lucratif qui a pour mission de participer activement au développement des arts visuels et plus précisément faire connaître et promouvoir le caractère unique de la peinture inversée sur verre[5]. » Cet organisme est un point de rencontre pour les artistes de partout dans le monde qui permet à la peinture sur verre inversé de traverser l’espace temps de la modernité.
 

 

Elle fait aussi partie de la coopérative des arts visuels et des métiers d’art (CAVMA), où plus de soixante passionnés s’unissent pour faire rayonner les arts en Outaouais. Elle est présidente du Centre d’artistes Voix Visuelle qui spécialisé en arts actuels et numériques, a pignon sur rue à Ottawa.
 

Se positionnant en ardente défenseure de la culture et des arts, elle désire avant tout améliorer la condition socio-économique des artistes. Récemment elle a interpellé les élus et les gouvernants de la ville de Gatineau afin de se doter d’un nouvel outil visionnaire destiné à l’avancement des arts en établissant un crédit de taxes foncières et de taxes d’affaires en faveur des ateliers d’artistes professionnels dans le but de favoriser leur établissement ou leur maintien dans notre centre-ville qui se gentrifie. Pour consulter la lettre envoyée au maire de Gatineau et sa réponse, cliquez ici.

Bien d’autres projets s’inscrivent dans l’agenda déjà bien rempli de l’artiste :
 

Elle élabore présentement une importante exposition dans la Capitale nationale pour 2013 qui dévoilera un nouveau corpus d’œuvres mariant la sculpture, la peinture sur verre inversé et la gravure sous verre de grands formats.
 

Plus près de nous, les amoureux des arts sont conviés à une conférence «La peinture sous verre: un monde à l'enVERRE!» qu’elle animera le 14 novembre prochain au Musée des Beaux-Arts du Canada. Le programme est disponible ici.
 

Isabelle Regout invite, en terminant, les artistes à s’impliquer en grand nombre au sein des organismes culturels de la région. « C’est en s’épaulant les uns les autres que nous réussirons à faire avancer ensemble nos projets aussi ambitieux soient-ils ! La culture est notre souffle, l’âme de notre société », dit-elle.


 Célébrons l’art, célébrons la culture !

Souhaitons à Isabelle Regout une source intarissable d’inspiration et un succès retentissant !
 


 


[1] http://www.artquebec.ca/biographie.html

[2] Doina Anghel, université de Montréal, 1989

[3] http://www.artquebec.ca/biographie.html

[4] http://www.crco.org/nouvelle/voir_nouvelle.php?id=1380

[5] http://www.artclair.ca/index2.html

 

Archives
Intranet
S'abonner au bulletin
Démystifier les contrats de spectacle, de gérance et d'édition
Durée : 3 heures
Début : 7 novembre 2018, de 13h à 16h

Le CRCO sur Twitter Le CRCO sur Facebook
Dernière mise à jour : 10 juillet 2018
©  Culture Outaouais
Site réalisé par Distantia